5/21/2017

En marche (3)

Le modèle, en l'occurrence, ce sont les révolutions orange, dit le Colonel. Les révolutions orange sont des produits finis, en règle générale livrés clés en mains. On en a ici une illustration. Les exécutants suivent un mode d'emploi, il est relativement simple. Mais je parle ici des exécutants. Derrière les exécutants, il y a les ... .... Et derrière encore, les dirigeants. Ces derniers n'apparaissent que rarement sur le devant de la scène. Quant aux ... ... (en l'occurrence, sans doute, allemands et états-uniens), ils appliquent la règle sacro-sainte de l'action subversive: jamais d'action directe. D'où le recours usuel à des organisations-façade: associations culturelles, ONG, agences de voyage, etc. En marche n'est bien sûr pas une agence de voyage. Ce n'est pas ce que je voulais dire. Les révolutions orange, on le sait, ont été le principal vecteur de l'extension, à l'Est, de la sphère d'influence occidentale (OTAN, UE). La France étant depuis longtemps intégrée au camp occidental (celui de la paix, de l'ouverture, de la démocratie), on ne parlera évidemment pas ici d'extension. L'extension est déjà là. Sauf qu'il faut encore s'occuper des finitions: en matière d'ouverture, notamment. Les choses ne vont pas assez vite dans ce domaine. Les dirigeants s'inquiètent également d'un certain nombre de contre-tendances. Les laisser ainsi se développer, comme on le fait, n'est pas acceptable. C'est cela même qui est en cause.







5/04/2017

En marche (2)

L'ère des princes-esclaves* est aujourd'hui close, dit le Visiteur. Un nouveau régime se met en  place, celui de l'administration directe (Direct Rule). C'est le sens de l'élection actuelle. En même temps, on est passé à la vitesse supérieure. D'ici cinq ans au plus, un certain nombre de choses devront être réglées. On est au-delà ici de la droite et de la gauche. C'était déjà le cas auparavant, mais maintenant c'est officiel. Il reste un peu de gauche encore à l'extrême gauche (et à l'extrême droite), de droite à l'extrême droite (et à l'extrême gauche). Mais un peu seulement. Ce sont de vieilles choses, reléguées, encore une fois, à la marge. Avec le temps, elles disparaîtront. Des législatives sont prévues pour le mois prochain: on peut raisonnablement penser que ce seront les dernières. Des élections, pourquoi faire? En marche n'est pas exactement déjà le parti unique, mais il a tout à fait vocation à le devenir. Le dialogue démocratique se limitera dès lors à des échanges entre les diverses nuances de l'ultra-féminisme, du transhumanisme et de l'...philie. Pourquoi non. Ces nouveaux clivages orientent un espace qui, sans eux, n'offrirait assurément pas les mêmes avantages en termes, à la fois, de gouvernance, de contrôle social et d'optimisation des flux. Les entités qui ont conçu et monté cette opération ont, jusqu'ici au moins, réussi un sans-faute.

* Voir "Quelque part", 7 février 2013.