7/19/2017

De tout

C'est quoi la "direct rule"*, dit l'Ecolière? Quand le P. Gaston Fessard, en septembre 1942, a forgé  l'expression de Prince-esclave, il l'appliquait à Philippe Pétain, dit l'Avocate. Aujourd'hui, on citerait l'Invité, la Carpe, l'Anguille, Mme ..., etc. Tous sont des Princes-esclaves. Ils font ce qu'on leur dit de faire. La "direct rule", c'est autre chose encore. Revenons-en encore à cette époque. Il y avait ce qu'on appelait la zone libre, et la zone occupée. C'est un peu pareil aujourd'hui. Il y a la zone libre et la zone occupée. D'un côté les Princes-esclaves, de l'autre les Gauleiter. Tu sais ce qu'est un Gauleiter, quand même? Maintenant oui, dit l'Ecolière. Ce qui est intéressant, c'est moins ces choses en elles-mêmes, zones occupées ou autres, que le fait que personne ne s'en émeuve, dit l'Avocate. Tu veux dire par là qu'elles viennent à leur heure, dit l'Ecolière? Qu'est-ce qui vient ou non à son heure, dit l'Avocate. Tu essayes d'abord, ensuite tu sais. Comme Erdogan, dit l'Ecolière? Un peu de logique, dit l'Avocate. Si tous les Gauleiter sont des dictateurs, tous les dictateurs, en revanche, ne sont pas des Gauleiter. Et à part ça, dit l'Ecolière? Marx dit une chose très juste, dit l'Avocate: à savoir que l'accroissement quantitatif (plus de répression, d'état d'urgence, d'espionnage intérieur, de censure, de propagande, de repentance, de précarité, d'..., de ..., de tout, en fait) se convertit à un moment donné en saut qualitatif. On vit ce moment-là aujourd'hui.

* Voir "En marche (2)", 4 mai 2017.